Archive pour la catégorie 'JDG2 – JUILLET 1915'

1er juillet 1915

  On est dans l’expectative et les événements semblent s’arrêter. Je monte au bois pour porter la nourriture à la liaison. Le bois est dans un état lamentable, les arbres sont à terre, déchiquetés. Un nuage épais et bas enveloppe la terre, c’est ce terrible gaz asphyxiant qui picote la gorge et fait pleurer les yeux. Je redescends navré.

Publié dans:JDG2 - JUILLET 1915 |on 3 février, 2012 |Pas de commentaires »

2 juillet 1915

              On veut travailler à des abris, mais on est interrompu par des marmites (1) qui tombent dedans, dehors et autour du village. Après avoir dîné, voici que les Allemands attaquent de nouveau toutes nos lignes et nous assistons à un nouveau bombardement du village. Quelle vie infernale que celle que nous subissons. On se bat dans le bois avec sauvagerie. Dans la nuit, nous allons placer 150 gabions à l’hospice. Nous travaillons dur et plus les jours arrivent plus on est faible et déprimé.

.

1 – Dans l’argot des combattants, désignation des projectiles allemands par les soldats français, en particulier des Minenwerfer (voir 20 juin) sans doute en raison de leur forme et de leur poids.

Publié dans:JDG2 - JUILLET 1915 |on 2 février, 2012 |Pas de commentaires »

3 au 6 juillet 1915

3 juillet:

            Nous travaillons à la villa du colonel. A 13 heures, nous montons subitement au bois pour aller relever les camarades qui y sont depuis 4 jours et dés notre arrivée nous travaillons à l’abri du colonel. Dans la nuit attaque des boches vers Bagatelle.

4 juillet:

            Une division de renfort est arrivée, le régiment est immédiatement relevé par le 100°. Il fait un temps splendide et la situation est assez calme. Nous descendons à VIENNE le CHATEAU, les sapeurs du 100° ayant pris notre poste. Aussitôt on déjeune, et ensuite puisqu’on en a l’occasion on prend un peu de repos.

.3 au 6 juillet 1915 dans JDG2 - JUILLET 1915 relève

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9044115f.r=Argonne+1915.langFR

5 juillet:

            Je me lève un peu de bonne heure pour laver mon linge, je fais une lessive importante.

6 juillet:

            Dans l’après-midi, nous allons au travail. Le soir on reçoit l’ordre de se tenir prêt à partir dans la nuit.

Publié dans:JDG2 - JUILLET 1915 |on 1 février, 2012 |Pas de commentaires »

7 juillet 1915

    Nous partons de VIENNE le CHATEAU à 1 heure du matin. Nous faisons 12 kilomètres environ en passant par VIENNE la VILLE et la ferme LA NOUE. On arrive en plein jour à DOMMARTIN où nous cantonnons.

            Nous ne sommes pas encore fixés sur le but de notre déplacement, nous sommes pourtant convaincus qu’on nous envoie au repos (1) pour reformer le régiment si cruellement éprouvé au bois de la Gruérie. Nous avons hâte de savoir la vérité.

            DOMMARTIN est un des petits villages à l’aspect si commun, mais il est cependant remarquable par la propreté de ses lieux. Les gens y sont aimables.

            Le soir, je vais passer un instant au cercle de réunion, formé et créé par la 5° Brigade Coloniale, où un concert a été improvisé, puis on se quitte pour aller se coucher. Je m’endors rapidement car j’ai fatigué toute la journée.

 

7 juillet 1915 dans JDG2 - JUILLET 1915 Dommartin

1 – Situation des troupes lorsqu’elles ne sont pas en lignes. Le terme est souvent trompeur car le repos est généralement émaillé de d’exercices, de manoeuvres et de cérémonies qui ne permettent pas aux combattants de réellement se reposer. Plus tard durant la guerre on parlera de « Grand Repos » pour désigner le véritable repos accordé aux unités durement touchées.

Publié dans:JDG2 - JUILLET 1915 |on 31 janvier, 2012 |Pas de commentaires »

8 et 9 juillet 1915

8 juillet:

            Nous ne partons pas encore aujourd’hui de DOMMARTIN, nous en profitons pour procéder à quelques travaux de nettoyage. Le soir, je vais au cercle écouter le concert où de bons artistes prêtent leur gracieux concours.

9 juillet:

            Les états des permissions sont établis pour tout le régiment. Je suis impatient de savoir quel sera le jour de bonheur où je partirai à mon tour pour aller revoir mes chers parents et les embrasser. Est-ce encore loin ?.. Les jours vont être longs à venir maintenant. Revue des effets et des armes dans l’après-midi.

Publié dans:JDG2 - JUILLET 1915 |on 30 janvier, 2012 |Pas de commentaires »

10 au 12 juillet 1915

10 juillet:

            Beau temps, repos complet. Je vais me baigner dans la rivière. Le soir, je vais au concert, la salle est comble et le programme intéressant.

11 juillet:

            Temps superbe. A midi, on achète des œufs pour faire une bonne omelette que nous mangeons de bon cœur, arrosée de quelques bidons de vin. Après quoi, on va s’étendre dans le pré, à l’ombre d’un pommier et on pique la romance. Le soir je vais au concert qui est de plus en plus intéressant.

12 juillet:

            Temps maussade. Rien à signaler.

Publié dans:JDG2 - JUILLET 1915 |on 29 janvier, 2012 |Pas de commentaires »

13 juillet 1915

          Même journée qu’hier, temps qui menace, il fait très frais et dans le cantonnement on a presque froid. Le soir, j’assiste à la distribution de l’ordinaire. On nous remet des cigares, du jambon, du fromage, du coulis, des petits pois et de la confiture en plus de la distribution ordinaire, pour bien fêter la fête nationale. Mais hélas, un événement aussi rapide qu’imprévu vient nous bouleverser. On part à minuit…

            Nous marchons dans un sentier impraticable en pleine terre, on s’enfonce dans la boue sous la pluie qui tombe. On marche plus de 2 heures sans pause. Au petit jour on arrive dans un petit bois où nous nous couchons sur la terre mouillée.

Publié dans:JDG2 - JUILLET 1915 |on 28 janvier, 2012 |Pas de commentaires »

14 juillet 1915

          Voici comment nous passons la fête nationale. Comme repas, c’est choisi : tout ce que nos musettes contiennent en conserves. Le temps menace, on craint la pluie. Nous sommes en réserve d’armée et attendons les événements.

            Nos troupes ont, parait-il, attaqué avec succès entre VIENNE le CHATEAU et Bagatelle.

.

Le journal du mois de juillet s’arrête à cette date et ne reprend que le 28 août.

On ignore la cause de cette interruption, est-il parti en permission ? comme il l’évoquait le 9 juillet.

Publié dans:JDG2 - JUILLET 1915 |on 27 janvier, 2012 |Pas de commentaires »

Histoire géo à gogo |
Comment s'est effectuée la ... |
funk98 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tpeseconde
| continent
| lesasdelaluftwaffe