Archive pour la catégorie '112 RI'

Garde au drapeau

 

La garde au drapeau le 30 mars 1915

Garde au drapeau dans 112 RI Garde-aux-drapeau-300x225 

Séraphin Nicolas est au premier rang, le deuxième en partant de la droite.

Ci-dessous l’extrait de l’historique du régiment pour la période correspondant au journal de marche
.

.1ere-fouragere-210x300 dans 112 RIhistorique-112-200x300
.
Le 16 juin 1915, le 112ème RI aux ordres du colonel Garnier est rattaché à la 126ème division, 251ème brigade et prend en Argonne le secteur de la Gruérie qu’il devait défendre jusqu’au 13 juillet.
Pendant cette courte période, le régiment fit preuve d’un splendide moral, attaqué par 2 divisions ennemies du 20 juin au 4 juillet, repoussant tous les assauts, bravant toutes les pertes. Les journées les plus dures furent celles du 20 et 30 juin ; le secteur reçut 80.000 obus asphyxiants. Les pertes furent élevées : 31 officiers et plus de 2000 hommes mis hors de combat. Nombreuses furent les actions d’éclats qui attestèrent le moral élevé du régiment dans cette terrible période

Le sous-lieutenant Fantoni, chef d’une section de mitrailleuses, démonta, nettoya et remit en batterie sous le feu de l’artillerie et des maxims une de ses pièces enrayées ; il arrêta net l’élan d’une section allemande. Le sous-lieutenant Reynaud fut tué en entraînant sa section pour une cinquième contre-attaque.


Prise-darmes-112-300x230

Prise d’armes au 112°RI (où et quand ?)

Le sergent Gaillon, releva, chargea sur son dos une mitrailleuse dont le trépied avait été brisé, et ordonna au tireur de la mettre en action ; le dos à vif, écorché et brûlé, il ne faiblit pas un seul instant.

Le soldat Scanavino, agent de liaison du colonel, assura à quatre reprises dans la matinée la transmission des ordres aux bataillons en ligne. A la cinquième fois, il revient au bout de 2 heures, titubant, et couvert de sang. Le malheureux était criblé d’éclats de minen et, de plus, avait 6 balles de mitrailleuse dans le corps ; il se présente au colonel Ferrandi, commandant la 215ème brigade. Par signes il demanda de quoi écrire, mais tombe mort en murmurant dans un souffle : « peux pas …». Le capitaine Moyret fut fait chevalier de la Légion d’honneur à la suite de ces combats.

Après un court repos nous retrouvons le 112ème toujours en Argonne dans le secteur de la Haute-Chevauchée, le 17 juillet 1915, le régiment y fit encore bravement son devoir mais perdit le commandant Rougnon du 1er bataillon.

En août le régiment est transporté dans l’Aisne (région de Craonne) où il prépare la grande offensive de Champagne à laquelle il ne participera point…….

 

Publié dans:112 RI |on 22 janvier, 2012 |Pas de commentaires »

Histoire géo à gogo |
Comment s'est effectuée la ... |
funk98 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tpeseconde
| continent
| lesasdelaluftwaffe